Ariel Umpièrrez

L’INFLUENCE DE LA RELIGION DANS LA VIE POLITIQUE AMÉRICAINE ET DANS L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2020

 page1image1334907392 page1image1334907760page1image1334908352

L’INFLUENCE DE LA RELIGION DANS LA VIE POLITIQUE AMÉRICAINE ET DANS L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2020

page1image1334921760

Par Léa LAVAUD CHARGÉE DE MISSION, FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES UNIVERSITÉS

page1image1334979600 page1image1334979888

OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX

page1image1334985232

 

L’appartenance religieuse influence très souvent, de façon indirecte, les votes lors d’élections, quelles qu’elles soient. Aux États-Unis, l’appartenance religieuse en politique est valorisée et observée par la population comme par les dirigeants politiques. En effet, déclarer son appartenance à une religion prouve l’affiliation à une communauté, sujet très important, et remontant à la création des États-Unis. La communauté étant le moyen de vivre sa religion librement, l’État n’intervient pas dans l’organisation et la régulation des organisations religieuses, c’est le principe du « Twin Toleration ». Ainsi, en assumant ses croyances religieuses, un président américain s’intègre dans ce modèle de communauté et peut alors gagner la confiance de ses concitoyens. Il est donc important pour les citoyens américains de connaître cette appartenance, qui les « renseigne » sur la vie morale de leur président, et plus généralement de leurs représentants.

LA RELIGION DANS L’ÉLECTORAT AMÉRICAIN: VOTER SELON SON APPARTENANCE RELIGIEUSE

Les croyances religieuses des Américains sont diverses, mais majoritairement chrétiennes. En effet, les chrétiens sont plus nombreux, et plus exactement les protestants (sous toutes leurs dénominations). Les protestants presbytériens, épiscopaliens et méthodistes sont les trois courants les plus majoritaires. Par ailleurs, les chrétiens évangéliques constituent un groupe important. Ils représentent 76% de la population américaine et 25% de la population votante des États-Unis. Donald Trump a d’ailleurs récolté 81% de leurs suffrages lors de l’élection présidentielle de 2020, et ce pourcentage était similaire lors de l’élection de 2016.

Les engagements des Américains catholiques sont proches des engagements du parti démocrate, notamment concernant l’immigration, l’accueil des réfugiés, la justice sociale, le droit à la santé et à l’éducation ou encore la thématique globale des « Common Goods ». Toutefois, ces positions catholiques peuvent être divergentes sur d’autres sujets comme l’avortement. En fait, on observe au sein des catholiques, et particulièrement au sein des évêques nord-américains, une tension entre un antilibéralisme moral, qui rapproche du parti républicain conservateur, et une préoccupation sociale, qui cette fois, rallie plutôt les catholiques au Parti démocrate. Les catholiques blancs ont généralement tendance à voter en faveur des républicains. En 2016, 64% de catholiques blancs ont voté pour Donald Trump, mais ce chiffre tombe en 2020 à 57%. À titre illustratif, dans les États dits clés comme le Wisconsin, le Michigan ou encore la Pennsylvanie, les catholiques ont moins voté pour Trump lors de la dernière présidentielle. Ces derniers chiffres sont notamment dus à la personnalité de l’ancien président, extrêmement clivante. En revanche, les catholiques hispaniques ont, quant à eux, l’habitude de voter en faveur des démocrates, ainsi 67% d’entre eux ont voté pour Joe Biden en 2020. En Floride toutefois, les Hispaniques issus de l’immigration cubaine, vénézuélienne et nicaraguayenne votent pour les républicains, notamment parce qu’ils sont sensibles à l’accusation de Trump, selon laquelle les démocrates auraient adopté un « tournant socialiste ».

Il est toutefois nécessaire de nuancer cette approche. En effet, les chrétiens sont les citoyens majoritairement inscrits comme électeurs aux États-Unis, ils en représentent 64%. La part des chrétiens blancs a diminué pour passer de 21% en 2008 à 18% aujourd’hui (majoritairement des protestants évangéliques blancs). De plus, la part des catholiques blancs (12% aujourd’hui contre 17% en 2008) comme la part des protestants blancs, non évangéliques (13% aujourd’hui contre 19% en 2008) ont baissé. Depuis 2008, la part des électeurs non affiliés à une religion augmente et a pratiquement doublé. Aujourd’hui, 28% des électeurs disent ne pas appartenir à une religion, alors qu’en 2008, ils n’étaient que 15%. Les partisans démocrates sont plus souvent identifiés comme non affiliés à une religion (38% non-affiliés démocrates contre 15% non-affiliés républicains). Ces évolutions sont donc à prendre en compte et à intégrer dans l’analyse des votes.

Une fois cet état des lieux sur l’appartenance religieuse des citoyens exposé, il est intéressant de la comparer à l’appartenance religieuse des membres du Congrès. Au regard des affiliations religieuses, le 117e Congrès américain dernièrement élu est similaire au précédent. Mais ces affiliations diffèrent de celles des citoyens américains.

Par exemple, 26% des Américains se disent non affiliés à une religion, or un membre seulement du Congrès se déclare comme tel. Ces différences sont visibles pour l’ensemble des courants chrétiens, 88% des membres du Congrès se disent chrétiens contre 65% des Américains. Au sein de cette religion, 55% des membres du Congrès se déclarent protestants contre 43% de la population votante et 30% des membres sont catholiques contre 20% des votants. Les protestants sont surreprésentés par rapport à la population et principalement les trois groupes principaux: presbytériens, épiscopaliens et méthodistes. Les membres du Congrès de religion juive sont également surreprésentés, bien qu’il s’agisse d’un pourcentage plus faible que les autres affiliations, 6% des membres contre 2% des Américains. Quant aux autres élus (bouddhistes, musulmans, hindous, universalistes-unitariens) présents au Congrès, ils sont représentatifs de la réalité des affiliations religieuses de la population américaine.

Bien que la population américaine soit de moins en moins chrétienne, le Congrès reste, quant à lui, majoritairement chrétien. Les membres du Congrès non chrétiens sont essentiellement du parti démocrate. Toutefois, ce dernier est principalement composé de croyants chrétiens, mais moins que le parti républicain (78% pour les démocrates contre 99% pour les républicains). Le parti républicain compte seulement trois membres du Congrès, sur deux-cent-soixante-et-un, non chrétiens, deux d’entre eux sont juifs et le dernier n’a pas souhaité se prononcer sur son appartenance religieuse.

LA PLACE DE LA RELIGION DANS L’ÉLECTION DE JOE BIDEN

Historiquement, les présidents américains ont principalement été protestants. Un quart des présidents étaient épiscopaliens. Les plus célèbres d’entre eux ont été George Washington, James Madison et Franklin Roosevelt. Des presbytériens, deuxième plus grand groupe religieux, ont également occupé la fonction présidentielle, huit présidents partageaient ces croyances. Puis, les unitariens et baptistes (Clinton, Truman) sont les groupes ayant la troisième plus grande part de présidents, chacun avec quatre. Puis, quatre présidents américains se sont identifiés comme chrétiens, mais sans dénomination particulière, dont Barack Obama et Donald Trump. Enfin, deux des présidents les plus célèbres de l’histoire américaine n’avaient aucune affiliation religieuse officielle : Thomas Jefferson, qui a perdu sa foi dans le christianisme traditionnel, et Abraham Lincoln (mais pour ce dernier, le sujet fait l’objet de débats).

Lors de l’élection présidentielle de 2020, le vote catholique s’est réparti paritairement entre Donald Trump (50%) et Joe Biden (49%). Ce dernier a mis en avant sa foi et ses croyances catholiques durant sa campagne. C’est un élément qui lui a permis de se rapprocher davantage de cet électorat. Le catholicisme a toujours fait partie des plus grands groupes religieux aux États-Unis. Cependant, Biden est seulement le deuxième président américain élu à être catholique, le premier étant John F. Kennedy. Il a également obtenu plus de votes des évangéliques blancs dans les États clés qu’au niveau national. De plus, les minorités ethniques évangéliques (noires, latinos, asiatiques) traditionnellement démocrates sont de plus en plus nombreuses. Les latinos évangéliques, quant à eux, votent majoritairement pour le parti républicain. Cela permet d’illustrer l’importance de l’appartenance religieuse d’un président pour les citoyens. En effet, un Américain sur cinq considère comme très important qu’un président ait des croyances religieuses fortes. Enfin, 63% des Américains précisent qu’il est très important pour eux d’avoir un président ayant une vie morale (ce qui n’a pas empêché D. Trump d’être élu !). La référence à la religion et l’importance de celle-ci sont donc très présentes, au moins dans les affirmations, dans les esprits des citoyens américains.

Il est toutefois nécessaire de regarder le questionnement qui subsiste suite à certaines affiliations religieuses. Les Américains ne se considérant pas comme appartenant à une religion sont de plus en plus nombreux et votent, comme indiqué précédemment, principalement pour le parti démocrate. Les Américains sans religion ont voté à 70% pour Joe Biden. Mais ce groupe vote pour les démocrates essentiellement pour son aile gauche, progressiste. Ainsi, 25% de ces votants auraient donné leurs voix pour les progressistes. Un réel questionnement se pose alors autour de ces votes, car Biden a fait un certain nombre de promesses à cette aile. L’incertitude autour de la réalisation de ces promesses reste donc de mise et sera à observer lors de son mandat. Cet électorat représente en grande partie la génération des milléniaux qui est plus sécularisée que la génération précédente. En outre, cette génération est plus ouverte au pluralisme religieux et cherche à protéger les minorités. Toutefois, ces générations favorables à l’avortement s’opposent à une autre partie de l’électorat de Biden et des démocrates. C’est pourquoi le nouveau président élu devra faire preuve de compromis et d’inclusion dans ses politiques pour satisfaire l’ensemble de son électorat et répondre aux promesses faites durant sa campagne.

• Pew Research Center, “White Evangelicals See Trump as Fighting for Their Beliefs, Though Many Have Mixed Feeling About His Personal Conduct”, Pew Research Center, 12 mars 2020, disponible sur: https://www.pewforum.org/2020/03/12/white-evangelicals-see- trump-as-fighting-for-their-beliefs-though-many-have-mixed-feelings-about-his- personal-conduct/

page7image1358400848 page7image1358401136

• Pew Research Center, “Election 2020: Voter Are Highly Engaged, but Nearly Half Expect To Have Difficulties Voting”, Pew Research Center, 13 août 2020, disponible sur: https://www.pewresearch.org/politics/2020/08/13/election-2020-voters-are-highly- engaged-but-nearly-half-expect-to-have-difficulties- voting/?utm_content=buffer4261e&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm _campaign=buffer

page7image1358443040 page7image1358443456page7image1358443744 page7image1358444032

• B. Chelini-Pont, M. J. Rozell, “Le vote catholique, aspect sous-estimé, mais crucial de la présidentielle américaine”, The Conversation, 4 octobre 2020, disponible sur: https://theconversation.com/le-vote-catholique-aspect-sous-estime-mais-crucial-de-la- presidentielle-americaine-146858

page7image1358475168 page7image1358475456

• J. Gramlich, “What the 2020 electorate looks like by party, race, ethnicity, age, education and religion”, Pew Research Centre, 26 octobre 2020, disponible sur: https://www.pewresearch.org/fact-tank/2020/10/26/what-the-2020-electorate-looks- like-by-party-race-and-ethnicity-age-education-and-religion/

page7image1358507984 page7image1358508528

• B. Chelini-Pont, M. Gayte, R. D. Presthus, “Présidentielle américaine : comment la religion des citoyens a pesé sur leur vote”, The Conversation, 3 janvier 2021, disponible sur: https://theconversation.com/presidentielle-americaine-comment-la-religion-des- citoyens-a-pese-sur-leur-vote-150708

page7image1358540368 page7image1358540656

• Pew Research Centre, “Faith on the Hill”, Pew Research Centre, 4 janvier 2021, disponible sur: https://www.pewforum.org/2021/01/04/faith-on-the-hill-2021/

page7image1358557952 page7image1358558240

• Sandstrom, “Biden is only the second Catholic president but nearly all have been Christians”, Pew Research Centre, 20 janvier 2021, disponible sur: https://www.pewresearch.org/fact-tank/2021/01/20/biden-only-second-catholic- president-but-nearly-all-have-been-christians- 2/?utm_source=Pew+Research+Center&utm_campaign=df3b790681- RELIGION_WEEKLY_2021_01_20&utm_medium=email&utm_term=0_3e953b9b70- df3b790681-399926165

page7image1358602432 page7image1358602720page7image1358603008 page7image1358603296page7image1358603584 page7image1358603872

page7image1358604160
INSTITUT DE RELATIONS INTERNATIONALES ET STRATÉGIQUES 2 bis rue Mercœur

75011 PARIS / France

T. + 33 (0) 1 53 27 60 60

contact@iris-france.org

@InstitutIRIS www.iris-france.org

L’influence de la religion dans la vie politique américaine et dans l’élection présidentielle de 2020/ Avril 2021

page8image1358734640

OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX

L’INFLUENCE DE LA RELIGION DANS LA VIE POLITIQUE AMÉRICAINE ET DANS L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2020

Par Léa LAVAUD / CHARGÉE DE MISSION, FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES UNIVERSITÉS CATHOLIQUES (FIUC), ÉTUDIANTE À IRIS SUP’

OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX / AVRIL 2021

Sous la direction de François MABILLE, politologue, spécialiste de géopolitique des religions, CIRAD-FIUC

L’Observatoire est co-animé avec le Centre international de recherche et d’aide à la décision (CIRAD-FIUC).

© IRIS
Tous droits réservés

page8image1358799872 page8image1358800160

8

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn